pdl

Prix triennal de théâtre

Décerné pour la première fois en 1926, ce prix d'un montant de 8.000 euros récompense tous les trois ans un auteur pour une pièce de théâtre.

Cliquez sur l'icône    pour retrouver ces auteurs sur Littérature au présent, le répertoire bio-bibliographique des écrivains belges francophones d'aujourd'hui.


2015 > Martine WIJCKAERT

POUR SA PIECE TRILOGIE DE L'ENFER (L'une et l'autre, 2011)

La pièce Trilogie de l’Enfer se déploie autour de la figure centrale de la Mère. La structure en trois temps de cette pièce se joue de la chronologie et met aux prises la Mère avec sa fille Béatrice, qui apparaît aussi sous les traits d’un éléphanteau.
La pièce allie les thématiques chères à Martine Wijckaert – en particulier celle de la famille – à un travail novateur sur la langue et à des didascalies, très écrites, qui rappellent que pour Martine Wijckaert, le travail d’écriture est inséparable de la mise en scène. 

 

 


2012 > PIERRE LORQUET

POUR SA PIÈCE ALBERTO EST COMMUNISTE (Lansman éditeur, 2008)

Les clients de ce restaurant réputé attendent la surprise du chef, mais ne reçoivent pas même un verre d'eau. La tension monte. Le vernis des bonnes manières se craquelle. Surtout quand les serveurs annoncent que le chef a coupé le gaz et emporté toutes les clés de voiture, ne laissant qu'un quartier de viande congelée. Un groupe de collègues accuse aussitôt Alberto, qui aurait déclaré être communiste. Ce dernier nie mais Marjorie décide qu'elle aussi sera communiste, et veut s'unir à Alberto...

 


 

2008 > MARIE HENRY 

POUR SA PIÈCE MOI, MICHELE MERCIER, 52 ANS, MORTE (Lansman éditeur, 2007)

"Le cadavre de Michèle Mercier a été retrouvé dévoré par des rongeurs. Autour de ses restes conservés dans un frigobox, six acteurs survoltés mènent l'enquête, dépècent l'intrigue, la reconstituant à travers la subjectivité de trois couples: deux voisines de la victime, deux membres de sa famille, et deux rats gastronomes. Ce scénario tragi-comique fournit le prétexte d'une partition théâtrale où le rythme, les répétitions, le phrasé, le glissement des identités se catapultent, formant le portrait au vitriol d'une société passablement névrosée."


 2005 > ERIC DURNEZ

POUR SA PIÈCE BAMAKO (Lansman éditeur, 2003)

«De Winter : À Bamako, j'ai perdu l'amour… À Bamako… Je contemplais le Niger, sa brume… Perdre l'amour… Ça ne s'est pas fait en une semaine.»

 

Lire la critique dans Le Carnet et les instants 129


 2002 > JEAN-MARIE PIEMME

POUR SA PIÈCE TORÉADORS (Lansman éditeur, 1999)

«Momo : C'est fermé
Ferdinand : Il est six heures moins cinq!
Momo : C'est fermé à six heures moins cinq!
Ferdinand : C'est fermé à six heures.
Momo : C'est fermé quand je le dis.
Ferdinand : Dites donc, savez-vous qui je suis?
Momo : Rien. Personne. »

 

Lire la critique dans Le Carnet et les instants 109


 1999 > PHILIPPE BLASBAND

POUR SA PIÈCE LES MANGEUSES DE CHOCOLAT (Lansman éditeur, 1996)

«Le thérapeute : Bien. Voilà. Ça doit vous sembler un peu contradictoire, ou cruel, de commencer une réunion comme ça, en mettant tout ceci devant vos yeux – du chocolat, n'ayons pas peur de dire le mot : chocolat… chocolat…»


 1996 > SERGE KRIBUS

POUR SA PIÈCE ARLOC



 1993 > PAUL EMOND

POUR SA PIÈCE CONVIVES



 1990 > JEAN-MARIE PIEMME

POUR SA PIÈCE NEIGE EN DÉCEMBRE



1987 > MICHEL FABIEN

POUR SA PIÈCE NOTRE SADE



 1984 > JEAN LOUVET

POUR SA PIÈCE L'HOMME QUI AVAIT LE SOLEIL DANS SA POCHE



1981 > JEAN SIGRID

POUR SA PIÈCE L'ANGE COUTEAU


1978 > FRÉDÉRIC BAAL

POUR SA PIÈCE I



1975 > RENÉ KALISKY

POUR SES PIÈCES JIM LE TÉMÉRAIRE ET LE PIQUE NIQUE DE CLARETTA



1972 > JEAN SIGRID

POUR SA PIÈCE QUOI DE NEUF, ARUSPICE?



1969 > PAUL WILLEMS

POUR SA PIÈCE LA VILLE À VOILE



1963 > PAUL WILLEMS

POUR SA PIÈCE IL PLEUT DANS MA MAISON


1959 > GÉRARD PREVOT

POUR SA PIÈCE LA NOUVELLE EURYDICE



1956 > CLAUDE SPAAK

POUR SA PIÈCE LE PAIN BLANC



1953 > MICHEL DE GHELDERODE

POUR SA PIÈCE MARIE LA MISÉRABLE



1950 > JEAN MOGIN

POUR SA PIÈCE À CHACUN SELON SA FAIM



1947 > CHARLES BERTIN

POUR SA PIÈCE DON JUAN



1944 > GEORGES SION

POUR SA PIÈCE LA MATRONE D'EPHÈSE



1941 > MAURICE TUMERELLE

POUR SA PIÈCE MUSIQUE DE CHAMBRE



1938 > MICHEL DE GHELDERODE

POUR SA PIÈCE ESCURIAL



1935 > HERMAN CLOSSON

POUR SA PIÈCE GODEFROID DE BOUILLON



1932 > LÉON RUTH

POUR SA PIÈCE L'HOMICIDE



1929 > FERNAND CROMMELYNCK

POUR SA PIÈCE CARINE



1926 > ALBERT GIRAUD

POUR SA PIÈCE LE CONCERT DANS LE MUSÉE


 

Haut de page